Maison » Soins De Santé »Médecins américains ignorent les causes et la prévention de la maladie d'Alzheimer, le cancer, l'autisme pt 3
Advertisement

Médecins américains ignorent les causes et la prévention de la maladie d'Alzheimer, le cancer, l'autisme pt 3

Médecins américains ignorent les causes et la prévention de la maladie d'Alzheimer, le cancer, l'autisme pt 3

Autisme

Actuellement, le taux d'autisme dans ce pays est à un scandaleux 1 à 50 naissances (ou 1 à 68 si vous prenez les chiffres de la CDC (Centers for Disease Control), qui minimise continuellement tous les problèmes de santé des États-Unis).

Mais que ce soit 1 à 50 ou 1 à 68, il n'a pas d'importance, parce que soit le taux montre que ce trouble du cerveau est à un niveau épidémique absurde et ne devrait pas être n'importe où près de ces numéros, et n'a été autorisé à devenir ce mauvais par le gouvernement américain, et les médecins américains, ce qui lui permet To- en couvrant pour les produits de l'industrie qui la provoquent.

L'explication officielle, répétée par des perroquets les médecins, les médias, les organismes gouvernementaux de réglementation, et tout le monde impliqué dans le cover-up, est que l'autisme n'a pas vraiment été à la hausse, il est juste une perception de problèmes que l'industrie médicale américaine et sa grande les méthodes de surveillance ont tout simplement été mieux en mesure d'identifier la condition au cours des dernières décennies.

Cela est un mensonge à plat.

Non seulement il n'y a pas eu de mou à augmenter les taux d'autisme au cours des dernières décennies, les taux ont augmenté de façon spectaculaire.

Quelle est la cause l'autisme? La réponse peut être trouvée en regardant la preuve entourant le trouble du cerveau: les statistiques de son essor depuis les années 1960, les études de recherche directs et indirects liés à la maladie, et une compréhension générale des changements anormaux qui se produisent dans les cellules embryonnaires du fœtus qui sont susceptibles de donner lieu à l'autisme.

Statistiques

Pour mettre les chiffres de l'autisme en perspective: dans les années 1960 et 1970, l'autisme était d'environ 2 à 5 dans 10 000 naissances, alors il a sauté à 10 sur 10.000 au début des années 1980, de doubler à nouveau à 20 en 10 000 d'ici à 1997 (1 500 naissances en) , en sautant à 67 sur 10000 (1 à 150 naissances) en 2007, et régulièrement monter à son taux actuel de 200 à 10 000 (1 dans 50 naissances).

Si quelqu'un garde comptage qui est une augmentation de 100 fois pénalement scandaleux depuis le 1960s- un pratiquement inconnu augmentation de 9.000%.

Ce genre d'augmentation est équivalente à l'augmentation de la population des États-Unis d'environ 3 millions en 1780 à plus de 300 millions en 2015- au cours de plus de 200 ans.

Et ce qui est le moteur de la croissance exponentielle de l'autisme est assez évident.

La seule influence majeure "environnement" qui peut rendre compte de la constante et l'étape-like hausse dans l'autisme au cours des dernières décennies est l'exposition de la population croissante de artificiel (et anormal) rayonnement électromagnétique (EMR) sources- à la fois directement et indirectement, de près et les produits électroniques de haute technologie loin et leurs systèmes de support d'antenne.

Les années 1980

Au début des années 1980, lors de la première hausse importante de l'autisme, ce qui se passait?

Ordinateurs étaient masse libérés dans le marché, augmentation de l'exposition à proximité des femmes enceintes et leur fœtus en développement.

En fait, en 1981, Al Gore, qui était alors représentant du Tennessee et président du Sous-comité sur les enquêtes et la surveillance du Comité de la Chambre sur la science et de la technologie, a tenu une réunion de trois jours pour les industries électriques et informatiques et les organismes de réglementation de la FDA pour savoir ce qui est fait sur ​​le DME dangereux émise par les écrans d'ordinateur, et comment cela affectait cancers, cataractes prématurées et des anomalies fœtales.

En plus de fréquences micro-ondes émise par les écrans d'ordinateur à ce moment, la plus grande partie de l'EMR artificiel étant émise était dans le 15,000Hz à 125,000Hz gamme de fréquences, ce qui Al Gore a été très préoccupé par, pour son impact négatif sur la santé de la population .

(Voir: Courants de la mort, chapitre 35 (1981 d'enquête du Congrès d'Al Gore) par célèbre prix Pulitzer, journaliste d'investigation, Paul Brodeur, Simon & Schuster, NY, 1989)

Cette gamme de DME artificiel (dans le très faible plage de fréquence (VLF)) arrive aussi d'être exactement la même gamme de DME qui est actuellement émis par les lampes fluorescentes compactes (LFC) - qui, 30 ans après ses 1981 préoccupations d'enquête du Congrès, Al Gore a été l'un des plus ardents défenseurs de. Malgré avoir exhortés la FDA 30 ans plus tôt pour les dommages à ces mêmes fréquences artificielles DME créaient sur la santé du public.

Les risques pour la santé publique de ces fréquences de DME émis par les écrans d'ordinateur en 1981 n'a pas changé d'un iota de leurs mêmes dangers émis par LFC aujourd'hui. La seule chose qui a changé est l'hypocrisie de Al Gore, et de tous les groupes environnementaux '«intérêt public» qui soutiennent les ampoules fluocompactes, tout en supprimant sciemment leur dangers, de santé multiples dont le risque de DME est un seul.

Voir aussi: "Co mpact Lumière fluorescente (CFL) Dangers pour la santé, Pt 1: à vapeur de mercure,"

Les mi-fin des années 1990

Puis, en 1995/1996, au cours du deuxième mandat de Clinton et Gore, venu le passage de la Loi sur les télécommunications qui a permis aux entreprises de téléphonie cellulaire pour augmenter la production de masse de tours de téléphonie cellulaire à micro-ondes à travers les États-Unis, sans aucune contrainte de leur placement (ie sur les toits , à proximité des écoles, des entreprises, etc.), qui a publié les vannes pour la production et l'utilisation de téléphones cellulaires exponentielle, et mis en place la deuxième hausse importante des cas d'autisme débutant l'année suivante, en 1997.

Début des années 2000 à nos jours

Suite à l'énorme augmentation de l'utilisation du téléphone cellulaire a été augmentations successives de plateformes sans fil pour les ordinateurs, les téléphones intelligents et d'autres produits de haute technologie, comme les compteurs intelligents (mètres électriques numériques), accompagnés d'une augmentation du nombre de systèmes d'antennes micro-ondes pour les soutenir. Et depuis le début des années 2000 à aujourd'hui, les taux d'autisme ont régulièrement augmenté, avec l'augmentation constante de l'industrie de l'électronique high-tech.

Et il n'y a pas d'autres risques de santé majeur qui peut expliquer ces hausses progressives dans l'autisme. Produits chimiques dans les aliments et la prise du médicament pharmaceutique pour les femmes enceintes ont été autour depuis des décennies, mais n'a pas augmenté de façon spectaculaire pour tenir compte de la hausse spectaculaire dans l'autisme.

associations de recherche: le développement fœtal du cerveau

Depuis la fin des années 1980 au début des années 1990, les chercheurs médicaux ont clairement l'autisme lié à l'absence de grappes nerveuses dans le cerveau qui coordonnent supérieur compétences-de communication de la très gentil qui sont absents chez les enfants autistes. Signification, ces grappes nerveuses ne existent pas dans le cerveau autiste, ce qui signifie qu'ils ne forment, ce qui signifie que le dommage a dû se produire dans le développement précoce du cerveau, à la fin du premier mois et dans la première partie de la deuxième mois de développement.

Voir: Février 2000 de Scientific American: "Les origines précoces de l'autisme», par Patricia M. Rodier, PhD, embryologiste et professeur d'obstétrique et de gynécologie à l'Université de Rochester. (un article de synthèse)

Et aussi par Patricia Rodier, «origine embryologique de l'autisme: anomalies du développement des crâniens noyaux moteurs des nerfs», Journal of Neurology complète, Juin 1996

Et tandis qu'il peut être populaire ou pratique pour pointer vers les vaccins contenant du mercure aux nourrissons comme la cause de la maladie (voir plus loin le paragraphe sur le mercure, dans la section Comment bas niveaux d'hormones thyroïdiennes affectent le métabolisme cellulaire et de l'ATP ... et l'autisme) cette association manque un point critique clé. À savoir, que l'autisme ne peut pas être détectée avant que l'enfant commence à communiquer, à environ un an et demi à trois ans- après le nourrisson est donnée début vaccinations. Donc, il est facile de faire l'erreur d'association, que les vaccins doivent être à l'origine de la maladie, lorsque le désordre était, en fait, déjà présent depuis la naissance, et est resté en sommeil jusqu'à ce qu'il a été révélé que lorsque la communication started- hasard après les vaccinations sont donnés.

La cause présumée de vaccin permet également au public hors du crochet de sa part de responsabilité. Parce que maintenant que la société est solidement accroché sur les téléphones cellulaires et les ordinateurs et autres appareils sans fil (dont émise DME est de nature à nuire au bon développement du fœtus lorsqu'il est utilisé par des femmes enceintes) quelques mères enceintes volontiers se distancier de l'utilisation de ces high-tech des produits électroniques pendant qu'elles sont enceintes, et à la place préfèrent nier leur influence dans la hausse continuelle de l'autisme.

Et où sont les médecins américains concentrent leur recherche de la cause de l'autisme? À la naissance, à la fin de la grossesse, ou dans le dernier trimestre de prétendument les complications de l'hypertension sanguins mois pression-distance depuis le début de la grossesse, d'où la cause réelle se produit. "Pré-éclampsie pendant la grossesse augmente le risque de l'autisme" (haute tension artérielle pression)

Pourquoi détourner l'attention dès les premières semaines de la grossesse?

Pour protéger les produits télécoms / de l'industrie informatique qui a des conséquences négatives du fœtus, qui sont la véritable cause de la maladie, et qui l'économie américaine est maintenant complètement engagé à, et dont les produits les médecins ont de plus en plus se sont engagés à l'high-tech medicine- tels que de l'impact négatif probable des échographies couramment utilisées sur le développement du fœtus. (Voir comment cet impact sonore à haute fréquence peut perturber la membrane susceptible de cellules embryonnaires d'une importance cruciale dans la section plus tard:. Comment modifier le gradient électrique sur la membrane cellulaire des cellules embryonnaires peut conduire à l'autisme)

la dépression de la thyroïde

Comment est le développement précoce de l'autisme chez le fœtus corroboré par la recherche?

Envisager une récente étude néerlandaise publiée en Août 2013 dans les Annals of Neurology, «Risque de l'autisme liés à la santé maternelle Dysfonction thyroïdienne."

L'étude néerlandaise a constaté que les femmes qui ont l'hormone thyroïdienne faible (thyroxine) les niveaux dans le premier trimestre de la grossesse avaient un 4 fois (300%) le risque accru de donner naissance à un enfant souffrant d'autisme.

Et ce qui entraîne des niveaux d'hormones thyroïdiennes anormalement bas?

Eh bien, si quelqu'un a été tracasse faire attention pendant les 30 dernières années, l'étude de l'exposition aux micro-ondes de faible niveau des années 1980 de l'US Air Force a révélé clairement. Utilisant des fréquences micro-ondes à 2,45 GHz (qui sont utilisés par WiFi produits électroniques d'aujourd'hui) les animaux exposés de façon chronique une diminution des niveaux d'hormones thyroïdiennes, en plus d'une diminution des autres hormones impliquées dans la réponse au stress de bas niveau, et accompagné par une augmentation des cancers dans les organes qui les produisent hormones. (Voir la partie 2b de cette série sur le cancer, et la section:. Le bas niveau étude sur l'exposition aux micro-ondes $ 5,000,000 le gouvernement américain ne veut pas que vous sachiez)

Quand un corps est sous constante ou chronique de faible niveau au stress tels que l'exposition chronique à des EMR artificiel (à partir de téléphones cellulaires, ordinateurs, etc.) qui peuvent facilement pénétrer dans le corps humain, et dont le corps réagit comme si elle était une entité étrangère comme une infection bactérienne ou virale, mais, contrairement à une infection bactérienne ou virale peut pas neutralize- il en résulte un épuisement progressif de la fonction des organes du système immunitaire liées. La thyroïde (avec d'autres organes de réglementation du système immunitaire, l'hypophyse et les glandes surrénales) est le premier sur-stimulé, puis devient finalement déprimé que sa capacité à continuellement (et anormalement) produire des hormones devient épuisé. Cela a été clairement démontré dans l'étude de l'exposition micro-ondes animale 1984 US Air Force de bas niveau (dont les résultats ont été supprimées pour le public), qui a clairement prédit des problèmes similaires de se produire dans la population humaine, et ignoré pour les 30 dernières années.

En 1985, un an après cette étude animale US Air Force, un grand épidémiologique militaire (population) étude polonaise, a corroboré le lien de cancer de la thyroïde forte chez les humains exposés de façon chronique au rayonnement de micro-ondes à basse altitude.

Tandis qu'une autre étude de la population humaine publiée en 2012 a montré clairement l'activité de la thyroïde déprimé à une exposition chronique de la population à des tours cellulaires à proximité et l'utilisation du téléphone cellulaire émettant bas niveau micro-ondes DME dans la gamme de 900 à 1900 MHz.

Les volontaires de cette étude de 2012, publiée dans la revue scientifique Clinical Biochemistry, ont été suivis pendant 6 ans et régulièrement examinés au cours de cette période. Et tout comme dans l'étude 1980 US Air Force sur les rats, les niveaux d'hormones humaines libérées par l'hypophyse (ACTH (hormone corticotrope)), la glande surrénale (cortisol) et les hormones thyroïdiennes (T3 et la thyroxine) - toutes les personnes impliquées dans le bas response- immunitaires de stress -level étaient tous déprimés.

"Comment l'exposition à long terme aux stations de base et les téléphones mobiles affectent les profils hormonaux humains?" Clinical Biochemistry 2012.

Bien que plusieurs autres études animales et humaines remontant décennies ont constamment liée cancer de la thyroïde et / ou des taux anormaux d'hormones thyroïdiennes faibles avec une exposition chronique de la population à une variété de artificiel EMR frequencies- de la ligne d'alimentation 60Hz champs électriques de la gamme des micro-ondes utilisées par les téléphones cellulaires et les applications WiFi.

Une étude animale récente publiée en 2010 des rats soumis à seulement 20 minutes par jour de bas niveau téléphone cellulaire rayonnement micro-ondes et à des niveaux d'exposition inférieurs à celui autorisé pour les citoyens américains - à 1,35 W / kg, par rapport aux États-Unis a permis niveau de 1,6 W / kg .

Le résultat? Comme dans les ignorés $ 5,000,000 1984 exposant des rats étude- l'US Air Force à 2,45 gigahertz bas niveau rayonnement micro-onde (la même fréquence et à peu près le même niveau d'exposition utilisés dans le WiFi d'aujourd'hui et d'autres applications sans fil) - les rats exposés à la micro-ondes légèrement inférieure rayonnement dans la gamme des 900 mégahertz utilisé par les téléphones cellulaires également exposées diminution de l'activité de la thyroïde. Et non seulement était la production d'hormones de la thyroïde et de libération déprimé, mais il y avait également une quantité anormale de la mort cellulaire dans la glande thyroïde.

"Impulsion modulée MHz rayonnement 900 induit l'hypothyroïdie et apaptosis dans les cellules de la thyroïde: Une lumière, la microscopie électronique et l'étude immunohistochimique" International Journal of Radiation Biology 2010.

D'après les résultats de ceux-ci et de multiples autres études- ignoré par les grands médias US - il devrait être d'aucun choc que dans les dernières décennies que l'ordinateur et l'utilisation du téléphone cellulaire a grimpé en flèche, donc trop ont les femmes américaines été anormalement souffrent de l'augmentation deficiencies- de la thyroïde à des âges bien en dessous du moment où l'activité de la thyroïde doit être naturellement diminuer avec l'âge.

Comment bas niveaux de l'hormone thyroïdienne affecter le métabolisme cellulaire et de l'ATP ... et l'autisme

Hormone principale de la thyroïde, la fonction de base de thyroxine est d'ajuster le métabolisme cellulaire dans les cellules de l'organisme. Ou comment lente ou rapide des réactions chimiques de la cellule prennent place- de la membrane externe de la cellule à l'intérieur de la cellule à la cellule de nucleus- afin de maintenir la cellule saine et vivante, une fonction peu importante.

Plus précisément, l'hormone de la thyroïde fait en sorte qu'il ya suffisamment de glucose disponible pour la cellule pour produire des molécules d'ATP dans les réactions d'oxydo-réduction dans les mitochondries de la cellule. Par, par exemple, la libération de glucose à partir de son stockage concentré dans les molécules de glycogène.

ATP, ou des molécules d'adénosine triphosphate, fournissent la source d'énergie pour aider réactions biochimiques se déroulent dans la cellules et notamment ceux impliqués dans le mouvement des molécules. Tels que pour les molécules traversant les canaux ioniques électriques critiques dans la membrane cellulaire, ou pour le mouvement de structures de cellules autour de la cellule essentielle pour la replication d'ADN correcte et la division cellulaire.

Une de ces molécules biochimiques critiques dépendant de l'ATP, et impliquées dans le mouvement ionique électrique, est la pompe sodium / potassium (Na + / K + ATPase) - une protéine de transport qui réside sur chaque membrane de cellule de chaque cellule dans le corps.

Les fonctions / K + pompe Na + comme un canal ionique électrique pour se déplacer sodium (Na +) et le potassium (K +) chargée électriquement ions avant et en arrière à travers la membrane cellulaire afin d'établir, ce qui est appelé, une charge de gradient électrique (ou potentiel électrique) entre l'intérieur et l'extérieur de la membrane cellulaire.

Dans une cellule normale, en dehors de la membrane cellulaire est plus chargée positivement par rapport à la face intérieure tournée vers l'intérieur de la Cell-une condition qui ne peut exister que par le bon fonctionnement de la Sodium / Potassium pompes.

Ce gradient électrique correct est nécessaire non seulement pour une cellule à communication- en faisant passer des signaux électriques entre cells- mais également pour le passage des molécules dans la cellule à affecter les fonctions des cellules, jusqu'à un y compris les gènes d'activation de l'ADN au sein du noyau de la cellule .

Et, par exemple, lorsque les cellules embryonnaires chez le fœtus se différencient en nouvelles lignées de cellules destinées à de futurs adultes structures anatomiques, le point d'initiation commence à la membrane cellulaire, suivie par des signaux envoyés vers le noyau (pour initier de nouveaux gènes dans l'ADN à exprimer (activé) pour former de nouvelles variantes de cellules dans les prochaines lignées cellulaires).

Donc, si vous déranger le gradient électrique correcte sur la membrane cellulaire des cellules embryonnaires, vous pouvez potentiellement perturber et de modifier la différenciation correcte de lignée cellulaire à suivre et provoquer des anomalies structurelles fœtales éventuels qui seront ensuite réalisés dans le nouveau-né.

Et si ce changement se produit lorsque des éléments du cerveau du fœtus se forment qui sont essentiels aux fonctions de communication complexes, vous avez le potentiel pour la création de l'état futur de l'autisme.

les canaux ioniques calciques

En plus de sodium (Na +) et le potassium (K +), un autre ion chargé d'une importance capitale, le calcium (Ca + 2) compose également gradient électrique de la membrane cellulaire, et a aussi ses mouvements à travers la membrane cellulaire dépendant d'une pompe ATPase similaire à celle de la pompe sodium / potassium. (La pompe du calcium est aussi appelé la membrane plasmique Ca +2 ATPase (PMCA).)

Et décennies de recherche sur les effets des multiples formes de DME artificiel Ca + 2 au niveau cellulaire a montré de façon constante le mouvement anormal résultante de Ca + 2 à partir de l'intérieur vers l'extérieur de la cellule, ce qui affecte gradient électrique de la membrane cellulaire et potentiellement les fonctions au sein du Cell-telles que la réplication d'ADN correcte et la division cellulaire, qui exigent des niveaux corrects de entourant Ca + 2 ions.

Voir l'effet de Ca + 2 sur la séparation des chromosomes correcte dans la division cellulaire dans des articles tels que: «Transition de métaphase à l'anaphase est accompagnée par des changements locaux en calcium libre cytoplasmique dans les cellules épithéliales de rein Pt K2," 1986, et "Le rôle des ions calcium cours mitose, "1983.

Et pour certains articles généraux sur les multiples impacts de Ca + 2 ions sur la membrane cellulaire et le siège de la cellule:

"Les effets biologiques des champs électromagnétiques faibles», par Andrew Goldsworthy

"Micro-ondes champs électromagnétiques acte en activant les canaux calciques voltage-dépendants: pourquoi les normes internationales de sécurité actuelles ne permettent pas de prédire danger biologique», par Martin Pall, professeur émérite de biochimie et de sciences médicales de base à l'Université de l'État de Washington, 2014

"Ca + 2 mouvement des ions à travers les membranes cellulaires"

Donc, si la circulation de l'hormone thyroïdienne dans le corps est faible (en raison de l'organisme de réagir aux entrante d'origine humaine DME dans une réaction de stress bas), la production d'ATP est faible, ce qui peut (1) avoir un effet néfaste sur la charge électrique sur la membrane cellulaire par ralentir les fonctions des molécules d'ATPase d'importance critique nécessaire pour maintenir le gradient électrique approprié sur la membrane cellulaire, et (2) avoir un effet défavorable sur les fonctions essentielles des réactions moléculaires multiples tout au long de la cellule, y compris l'activité de l'ADN correspondant.

Tout ce qui peut nuire au bon développement (et de différenciation) des cellules embryonnaires du fœtus, qui nécessitent très exigeantes timings de la division cellulaire, qui sont, à son tour dépend de la signalisation électrique correcte dans la cellule, qui sont, à son tour dépend de la correcte gradient de charge électrique sur la membrane de la cellule.

Et ce qui peut également perturber les fonctions normales Na + / K + ATPase et Ca + 2 ATPase sur la membrane de la cellule, et d'une importance cruciale gradient de charge électrique de la membrane de la cellule résultante?

Mercury.

Plus précisément, la vapeur de mercure libérée quand une lumière fluorescente compacte (CFL) ampoule se brise et libère de 25.000 à 100.000 ng / M3- 125 à 500 fois la "sécurité" niveau américain d'exposition de 200 ng / m3 (qui IS100 fois la quantité de mercure vapeur, de 1 à 2 ng / m3, (nanogrammes par mètre cube) normalement dans l'environnement extérieur, et le montant seulement le métabolisme du corps humain a été conçu pour être exposé à). La vapeur de mercure, qui est absorbé près de 100% des poumons dans la circulation sanguine, et qui peut alors passer directement dans la circulation fœtale de l'approvisionnement en sang d'une femme enceinte qui inhale, à affecter négativement les cellules de la croissance du fœtus en perturbant la distribution de charge correcte le long des membranes de cellules embryonnaires.

Voir aussi: "fluorescente compacte (CFL) Dangers pour la santé, Pt 1: à vapeur de mercure"

Modifiant le gradient électrique sur la membrane de la cellule embryonnaire modifie la différenciation de lignée cellulaire avenir et structures anatomiques futures

Des recherches récentes sur Centre de l'Université Tufts for Regenerative et biologie du développement à Medford, Massachusetts a clairement montré que si le gradient électrique sur la membrane de la cellule embryonnaire est anormalement modifiée, la différenciation cellulaire se fourvoie et structures anatomiques futurs sont touchés.

Hyperpolerization dans cells- embryonnaire augmentation de la valeur de charge positive sur la membrane cellulaire externe (en augmentant le mouvement des ions positifs à la membrane cellulaire externe) - est souvent considérée comme un pré-signal pour un changement à venir dans la différenciation d'une cellule embryonnaire ligne, ce qui implique une série très complexe d'événements de signalisation dans la cellule qui finit par l'activation de gènes dans l'ADN pour commencer le développement d'une nouvelle variante de la lignée cellulaire (ramification de la lignée cellulaire) qui finissent par former une nouvelle anatomique composante d'organes.

Dans une étude publiée dans la revue scientifique, le développement, en 2011, "la tension transmembranaire contrôles éventuels motifs de l'œil embryonnaire dans Xenopus laevus" (grenouille têtard), les chercheurs de l'Université Tuft modifié le potentiel de membrane électrique d'une cellule embryonnaire ligne- dépolarisée la une charge électrique (réduit la charge positive du gradient électrique de la membrane cellulaire externe de la modification par les canaux ioniques dans la membrane cellulaire).

Et cette manipulation de la charge électrique correcte sur le aux membranes de cellules embryonnaires qui peut également se produire dans une variété de façons de l'impact des expositions de produits d'origine humaine sur la mère enceinte, ou sur le foetus directly- abouti à une malformation des yeux du têtard .

Les yeux formés au mauvais endroit.

Voir aussi: "Des chercheurs découvrent que le changement dans les signaux bioélectriques provoquent têtards de croître yeux dans le dos, la queue"

Les extrapolations évidentes de cette étude est que le développement correct de toute structure anatomique, ou partie d'une structure anatomique, pourraient être affectés de façon similaire au cours du développement de l'fetus- tels que modifiés grappes nerveuses en développement dans le cerveau du fœtus responsable de la création de traits autistiques.

Et non seulement le risque de développement de l'autisme a augmenté de DME artificiel entrant perturber la distribution de charge correcte le long de la membrane de la cellule embryonnaire, mais le risque de toutes les conditions fœtales créés neurologiques, comme l'épilepsie, etc., va augmenter, parce que les cellules nerveuses, qui sont particulièrement dépendant des distributions de charge correcte le long de leurs membranes cellulaires au feu hors signaux nerveux correctement, sont aussi particulièrement sensibles à la modification affecte d'exposition à des sources de DME artificielles pénétrant le corps et ses cellules, et modifiant ces distributions de charge de la membrane cellulaire critiques.

Comment entrant d'origine humaine DME peut nuire ions Ca + 2, et le gradient électrique sur la membrane cellulaire

En plus de mouvement des ions calcium à travers la membrane cellulaire est régulée par les taux d'ATP sur la ATPase pompes, le mouvement des ions calcium peut également être influencée par la stimulation anormale des champs électriques des protéines transmembranaires qui forment ces canaux ioniques.

Ces protéines transmembranaires (pompes à l'ATPase) se déplacent Ca + 2 ions à travers la tension channels- sensible créé par les charges électriques négatives des molécules qui composent les protéines de ces ATPase pompes et qui attirent les ions Ca2 + environnantes. Et ces ouvertures de canaux sensibles à la tension peuvent être modifiées par anormalement entrant d'origine humaine DME pénétrer dans le corps et passant à travers les cellules et les membranes cellulaires.

Et l'explication la plus logique pour la façon dont ces canaux sensibles à la tension sont probablement influencés par EMR artificiel entrant pénétrant dans le corps et ses cellules vient de Dimitris Panagopoulos J., PhD du Département de biologie cellulaire et de biophysique de l'Université d'Athènes, à Athènes, Grèce.

Panagopoulos et son équipe de chercheurs ont montré que pulsé entrant (oscillant) DME dans la gamme Hz 0 à 1000 est capable de créer une force oscillante (vibration) sur les champs électriques des ions libres autour de la cellule aux membranes tels que Ca + 2, ou Na + ou K + ions, et provoquent un effet de vibration assez forte pour donner un faux signal à la porte de tension protéines (canaux) par lesquels ces ions chargés électriquement passent. Interférer avec l'ouverture et la fermeture correcte de ces canaux ioniques dans la membrane cellulaire, et qui conduit à des concentrations de charges électriques modifiées sur la membrane cellulaire.

(Voir: "un mécanisme d'action des champs électriques oscillants sur les cellules," par J. Dimitris Panagopoulos dans Biochemical and Biophysical Research Communications, 2000, et l'article de suivi: "Mécanisme d'action des champs électromagnétiques sur les cellules," en 2002 . Les deux études peuvent être lus (pas copiés) sur les fichiers PDF sur Internet.)

La théorie de la recherche d'Athènes corrobore décennies de recherche antérieure qui a toujours fait preuve d'une fenêtre optimale d'effet sur Ca + 2 mouvement autour de 15 Hz de fréquence de l'exposition à EMR artificiel entrant. Cela a un sens parfait, car le champ magnétique de la terre, qui a entraîné toutes les molécules et de leurs composants atomiques de fonctionner et de créer la vie biologique, il existe de 0 à 30 Hz. Alors que vous attendez des molécules biologiques pour être particulièrement sensible au sein de cette fenêtre de la fréquence DME.

Anthropique DME est pas le même que EMR naturelle

En outre, le groupe de recherche de Panagopoulos, et chaque chercheur EMR avant eux, a montré que les champs de DME pulsés exercent beaucoup plus des effets néfastes sur les cellules que les champs non-pulsés. Cela rend également parfaitement logique, puisque, autre que d'origine humaine EMR, pulsé EMR ne existe pas dans la nature, et par conséquent, la pulsation d'énergie EMR entrant aura un effet anormal sur toutes les interactions de champ électrique moléculaires dans le corps. Pulsé, ce qui signifie que la forme d'onde de l'EMR est artificiellement divisé et / ou sa direction inversée artificiellement.

En revanche, les deux seules sources naturelles de rayonnement électromagnétique de la planète sont stables et directe et ininterrompue. Le champ magnétique de la terre (ses micropulsations quotidiennes étant toujours régulier et direct) étend autour de l'ensemble de la planète et des centaines de miles dans l'atmosphère et irradie de 0 à 30hz, tandis que le DME du soleil rayonne dans la gamme de hertz billions (et l'électricité statique, à partir de coups de foudre occasionnels, rayonne dans la gamme de 10.000 Hz).

La quasi-totalité d'origine humaine DME est pulsé (sauf en courant continu (DC)) - et par la suite complètement dénaturé les composants moléculaires de toutes les structures biologiques.

Ligne électrique 60 Hz DME est puisée son AC (courant alternatif) inverse son sens 120 fois par seconde, radio et de télévision ont été sources de DME fois amplitude pulsé (modulé) et sont maintenant numériquement pulsé (plus dangereux) depuis leur conversion de l'analogique au numérique signaux, et toutes les sources de DME de communication à micro-ondes sans fil sont également numériquement pulsés, parce que ce est la seule façon que l'information peut être intégré dans l'onde de rayonnement. Et téléphone cellulaire et WiFi micro-ondes fréquences sont toutes puisées à vagues extrêmement faibles porteuses de fréquence autour de 2 5 Hz- à des sensibilités optimales pour les champs électriques des atomes et des molécules de l'organisme.

Par la suite, tous les artificiel EMR a le potentiel d'avoir un impact défavorable sur le corps humain et ses cellules au niveau moléculaire. Un laser Nd de façon optimale à la membrane cellulaire, étant donné que la membrane et sa construction isolée d'acides gras, agit comme une structure conductrice électrique (qui comprend également les membranes cellulaires intérieures de la mitochondrie, et endoplasmique reticulum- ce dernier qui séquestre également la cellule de réserves internes de Ca + 2 et la membrane nucléaire qui protège le noyau et l'ADN).

Pendant des décennies, remontant aux années 1960, la recherche de partout dans le monde a montré de façon constante que toutes les formes de artificiel DME peuvent avoir des effets indésirables très graves sur la vitesse et le moment de la division cellulaire embryonnaire (qui dépendent des niveaux corrects de entourant Ca + 2), avec des effets néfastes sur les structures cellulaires sensibles magnétiques impliqués dans le Cell-de séparation comme le fuseau mitotique impliqué dans alignant chromosomes au cours de leur duplication et de séparation des phases, à ce moment, si des anomalies se produisent, des mutations peuvent facilement prendre place.

Et puisque les cellules embryonnaires sont dans des états constants virtuelles de la division cellulaire dans le développement du fœtus, les cellules embryonnaires sont évidemment au risque particulier.

L'impact Ultrason

En plus de l'impact négatif de artificiel DME sur la cellule (directement ou indirectement), l'impact que peut nuire perturber le gradient électrique sur la cellule embryonnaire aux membranes comme haute fréquence des ondes sonores de l'échographie qui pénètrent le fœtus et peut temporairement déformer physiquement la membrane de la cellule embryonnaire qu'ils vibrent à travers le fetus- peut également augmenter le risque de modifier les distributions de charge correcte sur la membrane de la cellule et perturber la différenciation cellulaire normale. Pour ne rien dire de l'Impact jusqu'ici non documenté que les ondes ultrasonores peuvent également avoir sur les chromosomes, directement, si les chromosomes font la queue pour diviser dans une cellule lorsque les ondes ultrasonores passent Through-un événement plus que probable dans les cellules embryonnaires de dire le développement du fœtus.

La recherche animale dans le domaine des impacts de l'échographie a déjà montré des anomalies fœtales dans la migration des cellules nerveuses pour corriger les positions dans le cerveau, ce qui serait susceptible d'avoir des effets similaires chez les humains. "L'exposition prénatale à des ondes ultrasonores impacts de la migration neuronale chez des souris," Neuroscience, 2006.

Et tandis que l'effet défavorable des ultrasons sur le fœtus a été appelé à la communauté scientifique depuis plus de 20 ans, non seulement n'a rien a été fait à ce sujet, mais l'utilisation de l'échographie a seulement augmenté de façon constante, probablement en partie parce que les médecins ont fait une belle petite fortune hors de son utilisation.

Voir l'effet d'ultrasons chez l'homme: «Effets des Frequent échographie pendant la grossesse: Un essai contrôlé randomisé," une étude australienne publiée dans The Lancet 09 Octobre 1993.

Et "étude de cas-témoins du échographie prénatale exposition des enfants, avec différé discours," une étude canadienne a également publié en Novembre 1993, dans Journal de l'Association médicale canadienne.

Et un article général sur ce sujet: "Est-ce que Ultrasons causant l'autisme chez les bébés à naître?"

In addition to sonograms, commonly used million-sold plug-in electrical products that use ultrasound digital pulsed technology can also place the pregnant mother at risk. Such as from electronic plug-in insect repellant products like Riddex, which have no safety regulations placed upon them by the FDA. These kinds of products work through the wall wiring, emitting (silent to the human ear) digital frequencies that penetrate through the wall. And if used in apartments, can affect adjacent apartments without the other apartment residents ever being aware of their secondary exposure.

Secondary exposures also apply to any digital device that plugs into wall wiring, such as chargers for cordless and cell phones, as well as WiFi devices with their accompanying microwave routers, whose emissions of microwave EMR can easily penetrate adjoining walls, floors and ceilings— which is exactly how a person can see their wireless connected television in any room they want.

And for the widespread impact of cordless phones radiation in apartments and homes— which uses the same 2.45 GHz radiofrequency as used in WiFi sources— see also the research article: “Nonstop pulsed 2.4 GHz Radiation inside US homes,” presented at the 2nd International Workshop on Biological Effects of Electromagnetic Fields , in 2002.

Timing is everything when it comes to creating autism

During fetal development, embryonic cells of the fetus are in a high rate of differentiation. Which means that they are slightly changing from cell division to cell division to create the early cell lines that will go on to form the wide variety of later anatomical structures of the future adult.

And in the process of doing this, cells communicate with cells around them , passing back and forth electrical/chemical signaling through molecule interactions via the cell membrane and then through channels in the cell membrane to send signaling molecules within the cell to eventually initiate genes in the DNA of the nucleus to be turned on and off to create different cell lines that are destined to create the eventual structures of the heart, the lungs, limbs, the brain, etc.

And if the electrical fields on embryonic cell membranes are abnormally altered, even slightly, and resulting cell signaling is altered, only slightly, these alterations can be enough to lead to slight, but significant, abnormal alterations in the embryonic cell line development, which can result in permanent anatomical malformations later in the newborn.

(See an easy to read, short overview of the biolelectric impact of the cell membrane at: “Membrane Potential Rules” “The body Electric hums again”)

Depending upon what structure is forming at the time, abnormally influencing extremely sensitive embryonic cells can result in a variety of fetal abnormalities. And when the fetus is abnormally influenced at the end of the third and into the fourth week of embryonic development, during which time elements of the brainstem are forming — the area of the brain whose cells are adversely affected in autism— abnormal alterations may occur leading to the development of autism in the child.

Thalidomide and autism

Anti-spasmodic drugs are generally given in these early weeks and up into the second month of pregnancy— at the usual peak time of morning sickness. And at a time when key organ systems are also forming: from the limbs to facial structures to the heart, the lung, internal organs, and the brain .

These drugs work by depressing nerve signaling (electric charge interactions between cells) and are designed to ease the spasms (electrical signaling in the muscle) in the stomach of the mother and her feelings of nausea. But these drugs also travel through the mother's blood stream and can pass through the placental-fetal blood barrier and enter the circulation of the fetus to adversely affect the embryonic cells— by also depressing nerve signaling on the embryonic cell membranes.

The most notorious of these anti-spasmodic drugs, Thalidomide , distributed during the late 1950s/early 1960s, did just that.

Thalidomide was usually given around the fourth week of pregnancy, at exactly the time fetal limbs are developing, and as a result created severe limb deformities in children whose mothers took the drug (limb development has been shown to be directly linked to, and directed by, early nerve stimulation in the developing fetus). . Limb deformities that were also predicted in animal studies, and suppressed by the drug's distributor here in the United States, Richardson Merrell (which would later be bought up by Dow Chemical, and which would continue with the suppression of evidence of harm on the fetus from thalidomide's successor drug, Bendectin).

(See also: "Bendectin: How a Commonly Used Drug Caused Birth Defects, Parts One & Two," This excellent overview article covers the fetal abnormalities and their extensive cover-ups as a result of both drugs, Thalidomide and its successor drug, Bendectin)

The fourth week is also right around the time the brainstem is developing in the fetus— the part of the brain affected in autism. And in addition to a high amount of limb deformities, thalidomide also gave rise to autism cases. 5% of thalidomide fetal impacts resulted in autism, which at the time, in the 1960s, corresponded to a 50-fold increase incidence of autism over the rest of developing newborns not being exposed to this nerve altering drug.

While other kinds of deformities, from cleft palates and heart abnormalities to internal organ problems also resulted from Thalidomide use— all depending on what cell lines were affected at the time the drug was introduced into the fetal blood supply.

Luckily, back in the early 1960s— before the FDA was completely corrupted by the US pharmaceutical industry as it is today, by its bankrolling of the FDA's budget and sitting on its new drug review boards— an extremely conscientious FDA pharmacology regulator, Frances Oldham Kelsey, stopped thalidomide from being mass released into the US market. But not before over 2 million tablets were released to doctors around the country as samples and passed on to approximately 20,000 patients— of which no one is certain how many children developed thalidomide-characteristic limb deformities, or autism, or any of the other multiple types of fetal deformities caused by this drug. (This is in addition to the undocumented number of doses of thalidomide and ensuing cases of thalidomide limb deformities or autism created in Puerto Rico during this period, which was used as a virtual unrestricted and unregulated illegal testing ground for US pharmaceutical drugs.)

(For background on the long-term legal effects that thalidomide and its similar US released drug, Bendectin, have had on the US court system, in compromising the safety of Americans taking hazardous pharmaceutical drugs today— by being pivotal in the passage of corporate friendly Daubert Rules now used in product injury cases to protect corporate accountability— see the article: “GM ignition deaths, derelict regulation, and who is ultimately behind it all, Pt. 1,” and the section: The Daubert Decision and manipulating the law to bar accurate scientific evidence from corporate product injury lawsuits. )

And as would be expected, by the firmly entrenched American medical dogma that promotes a drug for every symptom, nothing much has changed since the 1960s and the use of the embryonic cell deforming morning sickness drugs like thalidomide, only the names. Today, embryonic cell line deforming morning sickness drugs are still routinely used, and fetal deformities are just as predictably created, and then “quietly” sued for in class action law suits— such as what is currently going on for the morning sickness drug, Zofran.

Totality of the scientific evidence points to manmade EMR exposure as the major factor for the surge of autism over the past decades

Looking at the totality of the evidence surrounding autism: the statistics of the development of autism since the 1960s, the population/epidemiological studies linking depressed thyroid levels in pregnant women in the first trimester of pregnancy and depressed thyroid levels as a result of cell phone and cell tower exposure, animal research studies like the 1984 US Air Force's low-level microwave exposure study showing depressed thyroid hormone levels and increased thyroid cancer from exposure to 2.45Ghz WiFi frequencies used by wireless computers and other household, school and business products, corroborated with the same results showing depressed thyroid function with only 20 minutes a day exposure from 900MHz cell phone frequencies, at exposure levels below the level allowed for the public, animal and human anatomical research showing the lack of nerve clusters in areas of the brain in autism needed for advanced communication skills, created during the fetal development of the brain, and the laboratory studies showing how alteration of normal ATP molecule production, influenced by low-level thyroid hormone, and/or manmade EMR directly, can lead to abnormally altering the electrical ion gradient on the embryonic cell membrane, critical for proper cell to cell communication and proper differentiation of embryonic cell lines into their correct, future, adult anatomical structures— there is far more than enough corroborating evidence to warrant immediate precautionary measures to be taken regarding the public's exposure to manmade EMR sources.

Added to this mountain of evidence is a recent 2012 published study, co-authored by Dr. Hugh Taylor, chief of Yale University's Department of Obstetrics, Gynecology and Reproductive Sciences, which produced the first evidence to directly link radiofrequency radiation exposure from 800-1900Mhz (covering the cell phone microwave frequency range) with creating neurological alterations of an animal fetus.

In the study: “Fetal Radiofrequency Radiation Exposure From 800-1900Mhz-Rated Cellular Telephones Affects Neurodevelopment and Behavior in Mice,” conditions of ADHD (attention deficit hyperactivity disorder) were produced in mice that were born to mothers that were exposed to cell phone radiation— of the kind and at comparable distances that pregnant human mothers and their developing fetuses are commonly exposed to in this country. And hardly additionally shocking, the adverse behavioral effects documented were directly proportional to the amount of the EMR exposure (as has been documented for decades in human studies).

As a result of the obvious and overwhelming evidence indicting chronic exposure of manmade EMR sources on the developing fetus, manmade EMR sources, pregnant women should be advised to seriously limit their exposure to manmade EMR emitting products and/or their accompanying antenna systems, like WiFi— at the very least, immediately when they suspect they may be pregnant, and continuing through the first month and the first trimester of pregnancy, and as a precaution, all through pregnancy— much like cigarette smoke and alcohol intake.

While the general public— and certainly children, teens, and young adults— should be protected from unchecked and unsafe EMR exposures now openly allowed in the US, by the rewriting of EMR safety exposure limits to finally admit non-thermal effects. And to be set up by non-conflict-of-interest scientists not on the payroll of the US military or US telecom/computer/or the electrical industries. All of this to be concurrently supported by an immediate reduction and phasing down of unchecked EMR emitting products and their supportive antenna systems, coordinated at the federal level— regardless of the economic pressure to reject this move.

La raison?

This county had better make a decision, once and for all, about what it really values— human life or the almighty dollar, because the country can't have it both ways.

Win-win solutions do not exist in the world of high-technology, whose products are becoming increasingly widespread as they are becoming increasingly abnormal to human (and all other) biology , and are subsequently causing increasingly adverse effects on human biology and health.

And if the high-tech trend is not seriously confronted, it will not only continue to bankrupt the public's health, but the cost to treat the increasing sicknesses, such as autism and Alzheimer's and cancers, will end up bankrupting the economy. And to continue to pretend that high-tech products are not the major cause of the public's current widespread health problems is to continue to suppress the facts, and to continue to support an economic path that is concurrently undermining the health of a public it is allegedly designed to support.

(For more on a non-thermal criteria needed for EMR safety exposures, see also: part 2b of this series on cancer, and the section: Rewriting manmade EMR exposure limits to admit non-thermal hazards.)

Despite the facts, prevention of autism will continue to be ignored, so everyone can continue to protect their personal profits

Despite the overwhelming evidence that manmade EMR sources are the primary cause of autism, along with so many other current, and escalating, disease conditions— since they alter fundamental electrical field relationships at the molecular level impacting thousands of biological mechanisms in the body— the EMR impact will continue to be denied by doctors, scientists, politicians, the industries responsible, and the media which takes its marching orders from the (telecom) corporations that bankroll it.

Not because the EMR connection to autism isn't true, but because this country's economic agenda, and those that blindly support it, has stubbornly committed itself to a high-tech electronics future, and is willing to sacrifice the public's health to this end, regardless of the self-destructive roadmap that clearly lies ahead.

And to achieve this end— regardless of its inevitable suicidal endpoint— any adverse health impacts from manmade EMR being emitted by these products must be denied. How those involved plan to keep up this lie is uncertain, but at this point they have virtually every major outlet for disseminating information to the public well covered.

When literally $trillions are at stake, the fix is firmly in, and no one in a position of power is going to admit that manmade EMR sources are the cause of a vast and growing number of human health problems.

But if that day ever does comes, when the truth does come out, the lawsuits against the telecom and computer industries are going to be well into the $trillions , and will make the tobacco lawsuits of the hundreds of $billions pale in comparison. And those future lawsuit judgments will be fully deserved.

If and when that time ever comes, the high-tech electronic industries and their products (along with the genetic modified food and drug industries) will have caused the premature deaths of millions of US citizens (and tens of millions worldwide), with additional millions of fetal abnormalities, and tens of millions of chronic disease disorder sufferers, at minimum.

Doctors and Scientists have abandoned the public

While it is the vast majority of doctors and scientists in this country— who offer up one hollow excuse after another for inaction to protect their self interests— who are at the crux of the problem. Because if they opened their mouths, they could actually do something about the current, abnormal surge of health problems— like help to prevent them.

You can read the catch phrases for inaction in virtually every conclusion of every health research paper published. Phrases like: “this is an interesting study, ” and, “further research is the next step,” and “these findings though compelling cannot at this stage establish causality….”

What is really being said is the medical industry is not going to take any action, because scientists and doctors have been “trained” since their college and graduate work days to abide by certain “respectable” protocols for scientific writing and research. And at the base of those “respectable protocols” is not to jump to conclusions until it is a virtual certainty that the biological mechanisms involved can be identified, conclusively . So, by default, they jump to the defense of the industries and products that are causing the problems, and let the public fend for themselves.

This “let's not rush to judgment” also translates into let's stall for as long as possible to make as much money as possible , like everyone else involved.

And it's not just hundreds of $billions at stake, but $trillion. The current cost for US healthcare is nearly $3trillion per year, and steadily rising.

Offering up practical solutions to prevent or significantly lessen the incidences of autism or cancer or Alzheimer's, or any of a dozen other serious, and preventable, disease conditions currently adversely impacting the American public, is non-existent in the United States, because the US healthcare system can't make profits off prevention. It could only save lives.

The only acceptable currency for the US healthcare system is in treating disorders— and mainly with extremely hazardous pharmaceutical drugs.

And the money is also being made in the $billions of research grants given out every year to universities and other medical institutions by US industries (whose products just also happen to be causing the problems) to continue to look for the “exact biological mechanism” involved. Which could just as easily be interpreted as bribes by the industries involved to look all you want but never come to any definitive conclusion, or your research money stops.

Doctors and scientists in this country are subsequently willing to reject precautionary doctrines, which determine that the evidence, through not fully understood, if it points to a likely cause, as supported by the totality of the evidence— meaning the combined epidemiological, animal and laboratory research, as has been shown for manmade EMR and autism— then immediate action should be taken to protect the public's health and safety, by strictly regulating for safety the suspected industry product(s) involved.

The public is its own the last stand

And while the denials and the stall tactics continue, so everyone involved can get their piece of the American pie, the public pays the price in unnecessary suffering, and in the continued false hope given to it by the medical industry to keep hanging in there because the answers are right around the corner, and maybe even sooner if you donate to our cause.

And the public will continue to pay the price and sacrifice its health for corporate high-tech profits until it finally gets it through its thick head that at this point it is in this thing alone. That there is no one rushing to its rescue; that the reinforcements are not arriving, despite all the empty political rhetoric implying they are in order to get the public's vote every four years.

At this point, the public has to take what personal actions it can to protect itself— such as reducing high-tech electronic exposure. Yet despite any personal actions the public does take, it can only protect itself so far. And when it comes to the larger issues, which are the ones that have been increasingly undermining the public's health over the years— such as how its children are being exposed to wireless technologies, or the mass construction of microwave cell towers, or the mass installation of 24 hour microwave emitting digital “smart meters” in homes etc.— the public is going to have to do what it has avoided doing for decades, or ever, in this country's modern history.

And that is to organize into a large, cohesive, national group, outside the system— without a liberal or conservative agenda— to fight in a coordinated effort to change immediate needed national problems, which ultimately begin with changing the operating structure of the nation's regulatory agencies that are at the starting point for either protecting the public's health, or allowing it to be sacrificed for corporate profits.

And while autism is a very serious problem, it is only reflective of the even larger one lying beneath the surface allowing it to happen, and which is currently being accepted as sound economic policy by the present system. And that is a very big problem for the American public.

If this country has any realistic interest in sustaining a viable future for itself, without at the same time destroying the public's health and the environment that sustains it — which at present it shows no indication of having— it is going to have to restructure how its creates its economic foundation.

In addition to scrapping a corporate global agenda that is only making mega corporations rich at the increasing expense of the greater public, it is also going to have to scrap the foundation by which it develops its products, which is currently destroying the public's health and placing the country on a direct path to economic bankruptcy.

Since high-technology has forever negatively altered the relationship between products and human, and all other, biology, the first priority for any current, or future, product has to start with whether that product is biologically safe . And then try to make it as energy efficient as possible. And not the other way around— as the economy is currently designed— so that the government and corporations and the media can then spend the next decades suppressing the evidence of the biological hazards of the products they are stubbornly committed to because of their immediate rewards, while ignoring their inevitable, longer term destruction on the public, the environment, and the economy.

Ultimately, maintaining one's health— if that is actually what people really do value above money— is an extremely straightforward concept.

If you're continually exposed to something unnatural, you're going to increase your chances of getting sick— with the more unnatural the product exposure, the greater the risk. And the high-tech electronics / genetic modified foods-drugs path this country is on is guaranteeing that the public is going to become increasingly sick, and more seriously sick with every passing year and decade.

And no amount of medical intervention is going to solve this increasing public health problem. The only solution is to honestly regulate for safety the high-tech products involved, and if they cannot be regulated for safety, then to bar them from the market. It is as simple and as straightforward as that.

And the only way to honestly regulate products at this point is to restructure the federal regulatory agencies (the EPA, FDA, etc.) that oversee them— to remove all political and corporate influence that have absolutely no place at all in determining the safety of human health.

And the only way that is going to happen is for the American public to organize outside the present system, and force it to happen.